Freddy Durrleman

Samedi 23 Septembre 2017

Freddy Durrleman

Un pasteur philanthrope et résistant

 

Sa vocation sociale

Né en 1881 à Saintes (17), Freddy Durrleman accompagne, dès l’âge de 15 ans, son père évangéliste dans ses visites aux familles ouvrières de l’arsenal de Rochefort. Sa vocation sociale et pastorale se déclare tôt. De 1906 à 1912, à Roubaix, il dirige d’abord l’oeuvre de « La Solidarité », intervenant en milieu ouvrier dont il découvre l’immense misère puis devient Pasteur de la paroisse réformée. Il conduit des débats passionnés avec les socialistes révolutionnaires sur les injustices sociales.

 

Aumônier de la Marine en Méditerranée en 14-18

Mobilisé dès le 1er août 1914, il est aumônier de la Marine sur un navire-hôpital en Méditerranée à partir de 1915. Au contact des blessés et de l’équipage, il prend la mesure d’un grand dénuement spirituel et matériel.

 

Fondateur de l’oeuvre de La Cause

En 1920, il fonde à Paris l’oeuvre de La Cause, avant de l’installer à Carrières-sous-Poissy en 1933, dans la propriété ayant appartenu à Octave Mirbeau où se situe aujourd’hui l’Hôtel de Ville. Il choisit le nom de La Cause en mémoire des protestants qui, au 16ème siècle, luttaient pour ce qu’ils appelaient « la cause », c’est-à dire la liberté de conscience. De multiples activités s’y développent : oeuvre d’adoption, aide aux aveugles et malvoyants, édition d’ouvrages divers, enseignement biblique et religieux, tournées de conférences publiques, premières émissions radiophoniques protestantes hebdomadaires écoutées par des milliers d’auditeurs et générant une abondante correspondance. Une fois l’an, se tient, dans le parc, la Fête d’été ouverte à tous les amis de La Cause et à tous les habitants du village pour un goûter ou un repas. Ces activités ont un écho considérable, très au-delà du protestantisme. A cette époque, Freddy Durrleman prend vigoureusement position contre tous les totalitarismes : communisme soviétique, fascisme et nazisme hitlérien.

Fête champêtre à La CauseFête champêtre à La Cause                                  

 

Le Résistant

Freddy et Valdo DurrlemanEn juin 1940, il prend avec son épouse Elisabeth, ses enfants et ses collaborateurs, la route de l’exode. En septembre 1940, les activités carriéroises reprennent doucement et difficilement. C’est à ce moment que Freddy Durrleman décide de revenir. La cave de la maison de La Cause reste ouverte aux habitants lors des bombardements. Dès octobre 1940, il participe à la création d’un des premiers mouvements de résistance avec notamment Gaston Teissier, Secrétaire général de la CFTC : « le réseau Corréard ». En janvier 1941 il est arrêté par la Gestapo. Il venait de présider les obsèques d’un pilote anglais décédé au camp de St-Denis et dont l’épouse résidait à Carrières. Dans son allocution, il affirme sa foi dans la victoire contre le nazisme. Dénoncé pour propagande anti-allemande, Freddy Durrleman est arrêté. La maison de la Cause est fouillée par la Gestapo qui trouve des tracts compromettants. D’autres documents sont cachés dans le parc jusqu’à la Libération. Après plusieurs interrogatoires, il est traduit devant le tribunal allemand de Saint-Cloud et condamné à 18 mois de prison à Fresnes. Sa Secrétaire, Madeleine Haëttel, est condamnée à 6 mois de prison. Il meurt à Carrières, à 63 ans, en janvier 1944, suite à son emprisonnement. Il fut décoré de la Médaille de la Reconnaissance Française à titre posthume en 1947.

 

 

La pérennité de l’oeuvre de La Cause à Carrières

Après la guerre, son épouse et ses enfants, Monique et Christophe, Pasteur qui dirigera la Cause à partir de 1954, ainsi que sa belle-fille, Rose-Marie, poursuivront la plupart des activités. En 1983, La Cause construit et s’installe au 69, avenue Ernest Jolly. En 1993, le Pasteur Alain Deheuvels succède à Christophe Durrleman et, avec son épouse Nicole, dirige cette oeuvre originale devenue Fondation reconnue d’utilité publique. Installée depuis plus de 70 ans à Carrières, La Cause, sous des formes variées, avec l’aide de plus de 300 bénévoles, continue de développer de nombreuses activités : parrainage d’enfants orphelins dans plusieurs pays d’Afrique et en Haïti, soutien aux aveugles et malvoyants, actions de solidarité envers les personnes seules, édition. Ainsi, poursuit-elle l’objectif que lui avait assigné son fondateur « faire rayonner la lumière, faire reculer le mal et rendre l’espérance aux coeurs désolés ».